Grosse bambée, part 2

Publié le par groupe-espoir-isere-2011

DSCN3624

Comme dirait Nils, "le repos, c'est pour les morts", donc après une journée de repos (consacrée à la recherche d'une nouvelle course en montagne), nous sommes repartis! Cette fois, destination massif du Mont Blanc et plus précisément la belle Aiguille Verte! L'idée est d'aller faire la branche de gauche du couloir en Y (versant Charpoua). On part du Montenvers méga lourds (tout le matos de grimpe, friends, broches, cablés, bouffe, popotte, et les skis!) La montée à la Charpoua fut un des crux du trip: au début, on pensait pouvoir éviter les échelles et passer par la morraine, mais on s'est vite rendu compte que l'idée était à chier, résultat: on prend le chemin estival, avec les skis sur le sac, en pompes de ski, c'est une mission, on en chie comme pas possible et après avoir gagné 200 mètres de dénivelés en 2h, l'idée du demi tour n'était pas loin! Mais on ne craque pas et on continue à avancer, soudain, la face ouest de la Verte apparait, et là, le moral est en bas: "bordel, mais le bas du Y est tout sec, c'est la m....!" Mais encore une fois, on continue en se disant que du refuge, on y verrait plus clair. Donc, on poursuit la galère de la remontée chargés comme des mûles en plein cagnard pour enfin arriver au refuge, totalement rincés! Malheureusement, il va falloir aller repérer un possible passage à droite du départ classique du couloir, et pour ça, il faut encore se tâper 400 mètres de déniv pour voir l'attaque. Mais avec la chaleur, on décide d'attendre que le soleil baisse un peu pour remonter une mauvaise pente au dessus du refuge. Entre temps, deux demoiselles nous rejoignent au refuge, on ne sera pas tous seuls cette nuit! Vers 17h, on part pour le repérage, et une fois au pied de l'attaque (défendue par deux rimayes bien imposantes), le moral remonte: "ok, ça va passer à droite, y a suffisamment de glace et pour la trav pour rejoindre le couloir, ben, on verra là haut!"

DSCN3600

Descente au refuge dans une moquette parfaite, au coucher de soleil, c'est juste mythique! Les deux miss (Marion et Lise, veulent partir pour l'arête sans nom et mettent le réveil à 1h. Avec Nico, on débat pour savoir si on se lève à 2h ou 3h. Finalement, on vote pour 2h30 afin de partir vers 3h15.

Le réveil est encore et toujours difficile, mais bon, on traîne pas et le petit dèj est vite avalé! On voit deux petites lumières qui sont au pied du couloir donnant accès à l'arête sans nom, puis au cours de l'approche, on se rend compte qu'elles font demi tour et se dirigent vers notre couloir. Alors je ne sais pas si c'est parce que nous sommes mauvais, fatigués ou trop lourds, mais elles nous ont laissés sur place alors qu'elles étaient une longueur au dessus de nous! (mais je pense que c'est parce qu'on était vraiment trop lourds !-)

Les festivités commencent par trois grandes longueurs de glace (assez cassante, mais jolies), puis passage en mixte pas si évident, Nico a géré. Vient ensuite la traversée infâme, dans une neige sans cohésion, où tu pries pour pas te la coller. Dans le couloir, la première moitié déroule pas mal, avec quelques courts ressauts de glace et vers 3700m, ça se recorce un peu avec un peu de mixte et l'altitude qui commence à nous dire bonjour. Les 400 mètres restant seront un combat pour tous les deux tellement on est éclaté, en plus, on a la pression car les pentes sommitales prennent le soleil depuis déjà un moment. Sur l'arête finale, c'est une catastrophe, on fait cinq pas et on s'arrete, les sacs se font sentir plus lourds que jamais!

 Au sommet, on ne traine pas trop, car à la Verte, quand t'es en haut, eh ben une chose est sûre, t'es pas arrivé en bas! Le Whymper ayant déjà énormément chauffé, on décide de faire les rappels, mais faire une quinzaine de rappels dans une neige pourrie où on s'enfonce à mis cuisse à chaque pas et sans connaitre les relais, c'est un calvaire. Enfin, on DSCN3605parvient en bas du couloir vers 19h, et là, on a pas eu besoin de discuter pour se mettre d'accord: "on dort au couvercle!"

La Verte est un sommet grandiose, magnifique et parfait, mais qui se mérite, ça on le savait pas, mais maintenant, c'est bon, on le sait!

 

Aiguille Verte (4122m) - branche de gauche du couloir en Y (D+, 800m, IV) le 14 et 15/03/2012

 

Nico et Lucas

 

 

 

 

 

 

DSCN3608DSCN3616

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article